Yémen : accords secrets entre la coalition saoudo-émiratie et al-Qaïda

Yémen : accords secrets entre la coalition saoudo-émiratie et al-Qaïda

#GuerreYémen

Sous l’œil de l’allié américain, Riyad et Abou Dabi ont assuré le retrait des éléments d’al-Qaïda de certaines localités au Yémen, en payant souvent généreusement ces combattants qualifiés de « terroristes » par Washington et la coalition arabe

Des membres des tribus yéménites des Comités de résistance populaire, qui soutiennent les forces loyales au président yéménite soutenu par l'Arabie saoudite, surveillent le quartier de Nihm, à l'est de la capitale Sanaa (AFP)
06 août 2018
Last update: 
Monday 6 August 2018 10:22 UTC
Last Update French: 
06 août 2018

La coalition menée par l’Arabie saoudite a conclu des accords secrets avec des éléments d’al-Qaïda au Yémen, payant même des sommes conséquentes à ces combattants, a révélé ce lundi 6 août Associated Press

« La série d’accords secrets conclus par la coalition soutenue par les États-Unis avec al-Qaïda pour se retirer des zones contrôlées par les militants au sud du Yémen se concentrait sur trois zones principales : la ville de Mukalla et les provinces d’Abyan et de Shabwa », précise l’enquête de AP.

Ces deals ont été menés et conclus sous l’œil des Américains qui ont évité de mener des frappes de drones dans les zones couvertes par ces accords

Les principales dispositions ont ainsi permis aux combattants d'al-Qaïda de se retirer en toute sécurité et de garder armes et argent avec eux. En outre, des centaines de combattants ont été intégrés aux forces de la coalition. « À Shabwa, les paiements directs en espèces ont été faits aux éléments d’al-Qaïda », a constaté l'AP.

Ces deals ont été menés et conclus sous l’œil des Américains, qui, selon AP, ont évité de mener des frappes de drones dans les zones couvertes par les accords entre la coalition et al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), une des plus dangereuses branches de la nébuleuse créée par Oussama ben Laden.

Fausse guerre contre al-Qaïda

L’enquête de l’agence d’information américaine démontre que, contrairement aux allégations de la coalition proclamant des victoires depuis deux ans contre al-Qaïda au Yémen et assurant avoir démuni ses capacités de frappes contre l’Occident, ces « victoires » se sont réalisées sans un seul coup de feu tiré.  

« Le 22 avril 2016, des véhicules blindés, des camionnettes et d'autres véhicules transportant environ 3 000 éléments d'al-Qaïda sont sortis de Mukalla, la cinquième plus grande ville du Yémen et un important port sur la mer d'Oman. Deux jours plus tard, les forces soutenues par les Émirats arabes unis ont entamé la bataille et ont déclaré la victoire sur le groupe, qui dirigeait la ville depuis un an », rapporte AP. Un chef tribal de la région a déclaré à un journaliste de l’agence : « Al-Qaïda n'a pas été vaincu. Ces hommes ne se sont même pas battus ».

À LIRE Yémen : comprendre pourquoi le conflit s’enlise en cinq questions

Un journaliste local de Mukalla, qui a requis l'anonymat par peur de représailles, a déclaré: « Nous nous sommes réveillés un jour et al-Qaïda avait disparu sans combat. »

« Nous n’avons pas vu de morts malgré la déclaration de guerre contre al-Qaïda. »

Importantes sommes payées

« Nous n'avons vu aucune arrestation d’éléments terroristes », a déclaré un responsable de la sécurité yéménite à Shabwa, une autre localité concernée par l’accord entre la coalition et al-Qaïda. Un accord qui comprenait également le paiement de sommes importantes aux commandants locaux d’AQPA et à leurs hommes.

« Nous nous sommes réveillés un jour et al-Qaïda avait disparu sans combat »

- Un journaliste de Mukalla

Autre cas de figure : au printemps 2016, quatre médiateurs tribaux ont négocié un accord pour l'évacuation des combattants d’AQPA d’une série de villes de la province méridionale d’Abyan, y compris la capitale provinciale de Zinjibar.

« La disposition centrale était que la coalition et les drones américains cessent tous les bombardements pour que les éléments d’al-Qaïda puissent se retirer avec leurs armes. Pendant presque une semaine, en mai, les hommes d’AQPA sont partis en camion. Le dernier jour, les combattants restants ont été conviés à un dîner d'adieu à la ferme de l'un des médiateurs. »

À LIRE ► La guerre en sous-traitance : comment l’armée émiratie est renforcée par les mercenaires

« Un négociateur d'al-Qaïda a déclaré que l'accord comprenait également une disposition visant à enrôler 10 000 éléments des tribus locales - dont 250 militants d'al-Qaïda - dans la force yéménite soutenue par les EAU », révèle encore AP, citant des sources de cette même force.